Description du projet

Fatimata, 40 ans, originaire de Yiyoo, a rejoint Gambaga avec son jeune fils il y a un an après avoir, elle aussi, été accusée après le rêve d’un villageois. Son mari n’a pas cru à ses accusations et lui a conseillé de se réfugier pour quelques temps à Gambaga pour sauver sa vie. Il attend son retour et vient régulièrement lui rendre visite au camp. « Je ne crois pas en la sorcellerie. Tout le monde rêve quand il dort, moi aussi, et je n’accuse personne  », explique-t-elle dépitée.