Description du projet

Voir tous les portraits

Maroc

Ismaël

« Arrêtez de toucher à la liberté de nos sœurs »

Moi, je trouve très injuste que ma sœur ne puisse pas avoir de copain. Alors que nous les garçons, on a le droit d’avoir des copines.

Moi, je suis plutôt ouvert, et c’est à moi que ma soeur se confie. Tandis qu’avec notre autre frère, elle vit un véritable enfer. Pour moi, mon frère, c’est l’exemple type du macho marocain. Pendant son adolescence, il n’a pas arrêté de fanfaronner avec des filles, et donc avec les sœurs des autres. Mais sa sœur, non, elle n’a pas le droit d’avoir de copain, c’est une histoire de fierté. Pour lui, si elle a un copain, la fierté de la famille est atteinte. Il faut la préserver en l’empêchant de faire sa vie jusqu’au mariage. Comme si la virginité de ma sœur concernait mon frère.

Je lui dis que c’est une forme de schizophrénie. C’est complètement paradoxal d’exiger de ma sœur l’inverse de ce qu’il fait. Si on suit son raisonnement, dans ce cas, pourquoi se permet-il, lui, de toucher à la fierté des autres familles ?

Et de toute façon, ça ne change rien, tout ce cinéma. Elle le fait quand même en cachette et c’est bien normal.

Moi, je sais qu’elle a un copain, et que ça se passe plutôt bien. Ma mère, qui est plutôt ouverte, est aussi au courant. Mais on est obligés de cacher tout ça à mon frère. Dès qu’il rentre à la maison, on change de sujet de conversation ou on fait tous semblant de parler d’une copine. Mon frère essaie de jouer le rôle de chef à la maison depuis que mon père ne vit plus avec nous.  Il essaie d’imposer sa loi à tout le monde et c’est insupportable. D’autant que, d’après lui, je suis un frère absent, et même un « mécroyant » puisque j’autorise ma sœur à avoir des copains. Il m’accuse même de la pervertir par mon manque d’intervention.

Mais le problème, c’est que ma sœur a peur de mon frère. Pas parce qu’il a raison, mais parce qu’il est violent. Et chez nous, la violence, elle est normale. Surtout quand elle justifiée par ce genre de principes débiles. Au Maroc, un frère qui frappe sa sœur, ce n’est pas anormal. Pour eux, on va dire que c’est « pour une bonne cause ». Pour la fierté de la famille.

Dès sa naissance en fait, il faut élever la fille pour qu’elle se marie, pour un mariage qui sera soi-disant garant de l’honneur de la famille. La remettre de main en main à son mari. Et après, ce sera à son mari de s’en occuper, et de la surveiller bien sûr. Une femme ne peut jamais vivre seule en fait, par et pour elle-même.

Nous, on a le droit de rencontrer qui on veut à n’importe quelle heure, tandis que nos sœurs, elles doivent toujours être accompagnées. Même si ma sœur va voir une copine, il faut que je l’accompagne, et qu’elle rentre à des heures bien précises à la maison. Elle doit rentrer avant 21 heures, parce qu’une fille qui reste dehors après 21 heures chez nous, c’est une pute.

Et ça, c’est à cause de la société dans laquelle on vit, qui n’est pas facile. On ne peut pas être libre parce que les gens parlent trop.