Description du projet

Voir tous les portraits

France

Billy

« On demande à l’homme de ne pas pleurer »

Il y a des gens, peu importe leur sexe, qui ont des comportements sexistes. Je pense que les caractères ne sont pas sexués, qu’ils ne sont pas exclusivement liés au sexe féminin ou masculin. Chaque être humain a son caractère. On peut avoir des Hitler en jupons comme des Hitler en pantalon. En France, comme dans la plupart des sociétés, on dit à l’homme qu’il ne doit pas pleurer. On dit à la femme qu’elle doit faire les tâches ménagères. Depuis la nuit des temps, il me semble que c’est comme ça. Mais quand les gens grandissent, la façon dont ils se comportent dépend de leur caractère propre, pas du fait qu’ils sont un homme ou une femme.

Moi, j’assume mon côté féminin. On a les deux côtés, le yin et le yang. La société nous pousse à étouffer le côté qui n’est soi-disant pas le nôtre, mais qui peut parfois nous submerger. L’orientation sexuelle n’est pas forcément celle qui est apparente.
La société veut que les hommes se comportent d’une certaine façon pour avoir droit au respect. En Europe et en Afrique, les hommes ont une injonction de travailler, de ne pas faire n’importe quel travail pour être considéré comme quelqu’un de respectable. On parle de « bonne famille », et c’est le père qui doit être le pilier de tout ça.

Moi, je pense personnellement, comme Bukowski, qu’on n’a pas de devoir envers la société. Il nous suffit d’être là. On n’a pas demandé à être là d’ailleurs.