Description du projet

Voir tous les portraits

Etats-Unis

Cedar

« On devrait tous désapprendre l’idée de genre »

On m’appelle « man », « dude », « bro » tout le temps, alors que je suis transgenre.

Enfin, pas vraiment transgenre. Je suis en train d’y réfléchir. Disons que je ne suis pas genré. Je ne m’identifie pas à un homme. Et donc toutes ces micro-agressions me dérangent vraiment, et les gens ne s’en rendent pas compte. Ils m’attribuent automatiquement un genre. Je vivais en colocation avec des gens qui ne reconnaissaient pas mon identité, donc j’ai déménagé. Mais ça m’arrive à nouveau là où j’habite maintenant. Je dis aux gens que je n’ai pas envie d’être appelé « man », « boy », ou qu’on me désigne par « il », mais ils oublient. Ca m’arrive d’autant plus depuis que j’ai emménagé ici à San Francisco, et que je porte des robes, du maquillage, des bijoux, etc. J’ai justement eu une grande conversation avec un ami hier à propos du fait d’être en transition. Bien que je n’aie pas l’intention de devenir une femme. Je n’en serai jamais une. Je suis queer, ou je suis sans-genre, comme le dit un de mes amis.

A ce propos, je viens de lire un roman français génial, « Sphinx », c’est une histoire d’amour entre deux personnes dont aucune n’a de genre. Et en français, c’est très difficile, car toutes les conjugaisons sont genrées. C’était fascinant pour moi, car le langage tient une place prépondérante dans la façon dont on interagit avec les autres. Bref, je suis en train d’essayer de désapprendre beaucoup de choses, pour n’attribuer de genre à personne.

Je pense que les rôles liés au genre finissent par blesser tout le monde. C’est pour cela que je veux les utiliser le moins possible. C’est une vieille habitude difficile à briser. Je vais dire : « oh, cette femme de l’autre côté de la rue ». Alors que je ne sais rien du genre de cette personne, ni de comment elle se définit. Ce sont juste des hypothèses basées sur son apparence. Si je porte un jean, des chaussures de randonnée et un sweat, je suis vu comme un homme. Et si je porte une robe, je suis toujours vu comme un homme avec une robe, ce qui est aussi désagréable.

Je voudrais déconstruire l’idée de genre et que tout le monde apprenne à le faire. Mais c’est très compliqué.