Description du projet

BELAW BUCARI, 15 ans – de BOAGURI. Petite fille de Wuni Guma

© Paul Blondé

Je suis ici depuis 3 mois. Je suis venue pour aider ma grand-mère et finir mes études (JHS) au village. Je préférerais que ma grand-mère rentre. Ici, le quotidien est assez difficile, je lave ses vêtements, je cuisine et je vais chercher l’eau pour elle.

A l’école et à Gambaga, j’ai beaucoup d’amis. Je peux leur rendre visite et manger avec eux. Ils savent que je vis ici, mais la majorité ne croit pas que les femmes du camp soient véritablement des sorcières. Les idées évoluent avec les générations. En ce qui me concerne, je suis convaincue que le sorcellerie n’existe pas, et je ne me permettrais jamais d’accuser quelqu’un de sorcière. J’espère que ces croyances disparaitront au Ghana. Le nombre de femmes accusées de sorcellerie diminue déjà, je suis persuadée que c’est possible.