Madeleine, les années folles

Madeleine Mourier, c’est mon arrière-grand-mère maternelle… mais c’est avant tout une longue histoire…!

Je ne l’ai jamais connue, ma mère non plus d’ailleurs. Mais il y a deux ans, nous avons retrouvé un trésor qu’avait précieusement caché ma grand-mère. Plusieurs journaux intimes où Mad’ a raconté sa vie, de ses 16 à ses 39 ans, ou du moins ce qu’on en sait, puisque les derniers tomes de sa vie ont mystérieusement disparu… Cette Parisienne de la classe moyenne du quartier de Belleville, d’une éducation de bonne famille, élevée au pensionnat, deviendra au fil des pages et des années, de 1915 à 1937, d’une guerre aux prémices d’une autre, Madeleine Contant, sans mener une vie aussi rangée qu’on pourrait le croire. Sur 5000 pages au bas mot, d’une tenue et d’un style impeccable, au gré des aléas de la vie, de ses humeurs et des saisons, j’ai appris à connaitre mon arrière-grand-mère, comme je ne l’aurais probablement jamais connue. Qui plus est, Madeleine s’adresse souvent à des lecteurs sur ses pages. Elle écrivait donc pour être lue, et pour laisser une trace. Mieux, plus qu’un simple journal intime assidûment tenu sur plus de 30 ans, ses mémoires sont un témoignage historique, sociologique et féministe du siècle dernier.

Qu’à cela ne tienne, hors de question de laisser le travail d’une vie, ou presque, dans un placard. Je travaille depuis déjà deux ans sur son édition, recherches iconographiques à l’appui. Mais avant cela, j’ai eu envie de recréer et de partager par le son et l’image ses aventures, en réalisant « Madeleine, les années folles ». L’émission a été diffusée pendant la saison 2014-2015 sur Radio Alpine Meilleure. L’aventure continue sur cette page, sur Soundcloud et sur Facebook.
Pendant 30 minutes, je vous propose de vous plonger dans les années folles de mon arrière-grand-mère. De vivre dans la peau d’une femme du siècle dernier à travers des extraits de son journal intime, mais aussi par la musique du début du siècle que vous entendrez, de la période des Années folles au néoclassicisme. Cette émission « artisanale » vise à transmettre les réflexions d’une vie, à travers plusieurs époques : la Belle Epoque, la Grande Guerre, les Années folles et l’Entre-Deux-Guerres. Et vous le verrez, si certaines pensées sont bel et bien ancrées dans leurs époques, ses doutes, ses idéaux, ses peines, ses bonheurs, ses questionnements de fille, de femme, de mère et d’épouse n’ont bien souvent pas pris une ride.

mai 1919

Madeleine, les années folles – Episode 16

16 mai 1919|Categories: Madeleine|

Dans l'épisode 16, le printemps fait tourner la tête de Madeleine...

"Vendredi 16 mai 1919

Depuis mon retour à Paris, je suis sage comme une petite sainte. Cependant, si je voulais ! Ce n’est ni la liberté, ni les occasions qui me manquent...Mais à présent, j’ai horreur de ces rencontres bizarres que l’on fait dans la rue. Je ne suis plus l’enfant naïve de l’an passé.

Oh non, je suis même un peu désillusionnée.

La suite...en écoutant l'épisode 16...

novembre 1918

Madeleine, les années folles – Episode 15

11 novembre 1918|Categories: Madeleine|

"Lundi 11 novembre 1918

Enfin le voici ce jour tant désiré ! L'Armistice est signée, la France est victorieuse ! …Mes oreilles bourdonnent encore de ces deux phrases qui répandent la joie sur tous les visages. Les cloches jettent dans l'air ses joyeux carillons. Le canon tonne comme aux jours où les boches maudits venaient semer le deuil et la misère sur Paris. Tout le monde court, rie, parle, chante, s'embrasse sans même se connaitre. Qu'importe, nous sommes tous amis, nous sommes tous frères en ce beau jour de gloire. Puis des milliers de drapeaux sont hissés aux fenêtres. Enfin la "Marseillaise" éclate. C'est alors un enthousiasme indescriptible. Je ne puis décrire ce jour. Je parle, je parle, et je suis incapable de dire l'émotion que je ressens. Toute ma joie, toute ma reconnaissance, envers nos braves poilus se résument en ces mots : Merci !…Vive la France !...

août 1918

Madeleine, les années folles – Episode 14

9 août 1918|Categories: Madeleine|

9 août 1918 "Oui, il m’aime. En réfléchissant, je trouve des preuves certaines. Je suis sûre qu’aucune mauvaise pensée n’a pu germer en son cœur à mon égard . Jamais il n’a pu supposer un instant que je puisse devenir sa maîtresse ! Il a seulement bercé le rêve fou, irréalisable, celui que je sois un jour sa femme. Est-ce de l’amour que je ressens aujourd’hui pour lui ? Non, de la pitié, c’est tout. Je ne puis lui dire ainsi de but en blanc que toute trace d’amour est éteinte en moi. C’est pourquoi je lui fais de pieux mensonges.

juillet 1918

Madeleine, les années folles – Episode 13

22 juillet 1918|Categories: Madeleine|

Les aventures de Madeleine, réfugiée en 1918 à Bédée, en Bretagne, se poursuivent avec l'épisode 13 : "Lecteurs ! Un peu de comique ! Je vais vous raconter mon retour de Dinard. Je quitte donc Suzanne, Marcelle, et toute la famille à Riquiqui. Je pars avec Georgette (la fille à Madame Goulon). Jusqu'à Dinan, tout va bien. Là nous descendons pour changer de train. Il était alors 6 heures du soir moins le quart environ. Je me rends près d'un employé.

juin 1918

Madeleine, les années folles – Episode 12

23 juin 1918|Categories: Madeleine|

Dans l'épisode 12, Madeleine a légèrement le mal du pays... "Je me penche mélancoliquement par la fenêtre. Que vois-je ? Un bossu appuyé sur une canne. Une vielle femme les mains sur les hanches, qui commère avec sa voisine. Un paysan travaillant avec ardeur sous un soleil de plomb…. Tout ces gens sont des travailleurs sans doute.

mai 1918

Madeleine, les années folles – Episode 11

23 mai 1918|Categories: Madeleine|

Madeleine quitte pour de bon Les Lilas et la vie parisienne pour de nouvelles aventures : celles de "Mad à la campagne". "Me voici depuis deux jours en Bretagne. Loin du bruit, et de la tourmente de la capitale. Assise près de la fenêtre, j’écris sans crainte d’être surprise par Mademoiselle Vergnes, la suite de mes confidences."