Madeleine, les années folles

Madeleine Mourier, c’est mon arrière-grand-mère maternelle… mais c’est avant tout une longue histoire…!

Je ne l’ai jamais connue, ma mère non plus d’ailleurs. Mais il y a deux ans, nous avons retrouvé un trésor qu’avait précieusement caché ma grand-mère. Plusieurs journaux intimes où Mad’ a raconté sa vie, de ses 16 à ses 39 ans, ou du moins ce qu’on en sait, puisque les derniers tomes de sa vie ont mystérieusement disparu… Cette Parisienne de la classe moyenne du quartier de Belleville, d’une éducation de bonne famille, élevée au pensionnat, deviendra au fil des pages et des années, de 1915 à 1937, d’une guerre aux prémices d’une autre, Madeleine Contant, sans mener une vie aussi rangée qu’on pourrait le croire. Sur 5000 pages au bas mot, d’une tenue et d’un style impeccable, au gré des aléas de la vie, de ses humeurs et des saisons, j’ai appris à connaitre mon arrière-grand-mère, comme je ne l’aurais probablement jamais connue. Qui plus est, Madeleine s’adresse souvent à des lecteurs sur ses pages. Elle écrivait donc pour être lue, et pour laisser une trace. Mieux, plus qu’un simple journal intime assidûment tenu sur plus de 30 ans, ses mémoires sont un témoignage historique, sociologique et féministe du siècle dernier.

Qu’à cela ne tienne, hors de question de laisser le travail d’une vie, ou presque, dans un placard. Je travaille depuis déjà deux ans sur son édition, recherches iconographiques à l’appui. Mais avant cela, j’ai eu envie de recréer et de partager par le son et l’image ses aventures, en réalisant « Madeleine, les années folles ». L’émission a été diffusée pendant la saison 2014-2015 sur Radio Alpine Meilleure. L’aventure continue sur cette page, sur Soundcloud et sur Facebook.
Pendant 30 minutes, je vous propose de vous plonger dans les années folles de mon arrière-grand-mère. De vivre dans la peau d’une femme du siècle dernier à travers des extraits de son journal intime, mais aussi par la musique du début du siècle que vous entendrez, de la période des Années folles au néoclassicisme. Cette émission « artisanale » vise à transmettre les réflexions d’une vie, à travers plusieurs époques : la Belle Epoque, la Grande Guerre, les Années folles et l’Entre-Deux-Guerres. Et vous le verrez, si certaines pensées sont bel et bien ancrées dans leurs époques, ses doutes, ses idéaux, ses peines, ses bonheurs, ses questionnements de fille, de femme, de mère et d’épouse n’ont bien souvent pas pris une ride.

mars 1920

Madeleine les années folles, épisode 22

22 mars 1920|Categories: Madeleine|

Lundi 22 mars 1920 Je suis perdue, irrémédiablement perdue, si je retourne une seule fois avec Paul. N'y suis-je pas déjà? N'est-il pas trop tard? Je ne sais pas, je ne sais plus ! " Décidément, il me semble que depuis quelque temps j'aime moins, beaucoup moins Loulou (...) Si j'ai aimé, si j'aime Loulou, c'est parce que j'ai vu en lui le révélateur, l'initiateur, et je lui en suis reconnaissante, je l'avoue sans honte. Sur ce point, il m'a aidée à me connaitre.

janvier 1920

Madeleine les années folles, épisode 21

2 janvier 1920|Categories: Madeleine|

Lundi 2 février 1920 " Décidément, il me semble que depuis quelque temps j'aime moins, beaucoup moins Loulou (...) Si j'ai aimé, si j'aime Loulou, c'est parce que j'ai vu en lui le révélateur, l'initiateur, et je lui en suis reconnaissante, je l'avoue sans honte. Sur ce point, il m'a aidée à me connaitre.

décembre 1919

Madeleine les années folles – Episode 20

18 décembre 1919|Categories: Madeleine|

Extrait de l'épisode 20 des aventures de Madeleine :

Jeudi 18 Décembre 1919 Jean Perzot s'est décidé à venir me voir hier, après m'avoir attendu en vain dimanche. Il me fait une cours suivie, et cela m'amuse. Des mots d'amour lui brûlent les lèvres, puis, il n'ose pas les prononcer. Cependant, il me fait comprendre assez clairement son amour. [...]"

septembre 1919

Madeleine les années folles – Episode 19

30 septembre 1919|Categories: Madeleine|

Extrait de l'épisode 19 des aventures de Madeleine :

"Samedi dernier, je n’ai pu rester insensible à ses baisers, et ce que je lui ai refusé l’année dernière, je lui ai accordé sans prière de sa part cette année. Je sais bien que cela est compris dans le baiser. L’an passé, il n’était jamais parvenu à franchir la barrière de mes dents. Mais cette fois-ci, ma bouche n’a pu rester close sous la caresse de la sienne. Je lui ai laissé cueillir mes baisers avec abandon. Pourtant parfois, je rougissais. [...]"

août 1919

Madeleine, les années folles – Episode 18

26 août 1919|Categories: Madeleine|

Extrait de l'épisode 18 des aventures de Madeleine :

"Samedi dernier, je n’ai pu rester insensible à ses baisers, et ce que je lui ai refusé l’année dernière, je lui ai accordé sans prière de sa part cette année. Je sais bien que cela est compris dans le baiser. L’an passé, il n’était jamais parvenu à franchir la barrière de mes dents. Mais cette fois-ci, ma bouche n’a pu rester close sous la caresse de la sienne. Je lui ai laissé cueillir mes baisers avec abandon. Pourtant parfois, je rougissais. [...]"

juin 1919

Madeleine, les années folles – Episode 17

24 juin 1919|Categories: Madeleine|

Extrait d'un été 1919 et d'un épisode délicieux , le 17ème des aventures de Madeleine. Mardi 24 juin 1919 Grande nouvelle ! Les boches ont enfin accepté les conditions de paix et vont bientôt la signer, aussi quelle fête…Le soir est venu, nous suivons la musique en chantant, à travers les rues du village. Ensuite, c'est le bal traditionnel. Alfred est avec nous, malheureusement mon "timide" est retourné à Paris. Nous dansons comme des fous et à 1 heure du matin, nous quittons le bal. Après nous être déshabillées, Zizi et moi faisons les imbéciles devant la glace. Moi, avec une grande écharpe rose, elle avec un couvre-lit blanc. Deux heures sonnent, nous nous couchons enfin.