Dans l’épisode 12, Madeleine a légèrement le mal du pays…

« Je me penche mélancoliquement par la fenêtre. Que vois-je ? Un bossu appuyé sur une canne. Une vielle femme les mains sur les hanches, qui commère avec sa voisine. Un paysan travaillant avec ardeur sous un soleil de plomb…. Tout ces gens sont des travailleurs sans doute. Mais je ne les comprends pas, je ne pourrais vivre éternellement avec eux. Ils vivent terre à terre, peu leur importe le gazouillis des oiseaux ou les beautés de la nature. Les fleurs ne sont pour eux que des choses futiles et ordinaires. Ils s’étonnent de nous les voir cueillir. Ils parlent dans une langue lourde et disgracieuse. Dieu quelle différence ! Paris ! Vive Paris ! Je ne pourrais vivre longtemps au milieu de gens si stupides !  »